22 mai 2012
De belles perspectives malgré une activité ralentie
Le printemps qui tarde à venir cette année, ne nous laissera pas, cependant, sans nous fournir les signaux qui préparent les récoltes à venir :
La signature de l'accord-cadre du contrat de développement territorial du Bourget, le 20 mars dernier ;
L'accord trouvé avec les représentants des aéroclubs pour homogénéiser et régulariser les conditions d'occupation domaniale sur les dix aérodromes d'Île-de-France dont Aéroports de Paris assure la gestion ;
Le développement des projets de FBO, d'hôtel ou encore de locaux d'activités localisés principalement le long de l'avenue de l'Europe ;
Mais aussi les perspectives laissées par les réflexions en cours sur la partie Sud ou la façade Ouest de l'aéroport.


Pour autant, les chiffres du trafic enregistrés pour ce premier trimestre 2012 ne sont guère encourageants. Sans doute faut-il y voir la traduction d'une activité économique ralentie sur l'ensemble de l'Europe.

Toutefois l'aviation d'affaires nous a montré, à plusieurs reprises, des capacités de résilience dont la réussite de l'édition 2012 de l'Ebace témoigne à nouveau. Les déclarations de plusieurs grands constructeurs d'avions d'affaires attestent une plus grande confiance dans un marché qui frémit...

La présence presque exclusive d'avions de taille importante sur l'exposition statique à Genève est un autre signal qu'il faut prendre en compte. Et même si la reprise tant attendue se fait encore désirer, le professionnalisme des acteurs de l'aérien utilisera sans doute le plein effet des événements sportifs qui feront vibrer l'Europe en Ukraine et en Pologne en juin, puis à Londres en août.

C'est en tout cas le vœu que je forme pour voir revivre sur nos tableaux de bord des chiffres d'activité plus souriants. Nul doute que ce souhait sera partagé par celles et ceux qui constituent le fidèle cercle des lecteurs d'Aéropage on line !
Recherche