18 décembre 2012
Pair ou impair ?


François Charritat
Directeur de Paris-Le-Bourget
  A chaque bascule de fin d'année, la question de la nature du millésime à venir rappelle le rythme biennal auquel notre aéroport de Paris-Le Bourget est soumis, du fait de l'accueil du plus prestigieux Salon aéronautique du monde.

Il serait cependant erroné de penser qu'il ne se passe rien les années paires, comme cette année 2012 qui s'achève nous l'aura amplement démontré ; malgré une atonie économique qui perdure, malgré une période de préparation d'une élection majeure, qui ne favorise pas une activité bouillonnante des affaires, l'année 2012 qui s'achève nous aura permis de poser des jalons prometteurs.



Que ce soit au Bourget ou sur nos dix autres terrains, malgré les difficultés, les contraintes, les entraves, nos activités ont pu faire la preuve des capacités d'adaptation de nos équipes et de la solidité de nos fondamentaux ; il reste beaucoup à faire, et 2013 nous en donnera l'occasion …

Mais arrêtons-nous un peu sur la notion de parité que j'évoquais préalablement : dans notre pratique linguistique courante, le "pair" appelle des notions d'équilibre, d'équité, de dignité, alors que "l'impair" suggère la différence, la sortie des normes, voire l'incorrection (un impair se "commet" …).

Sans aller jusqu'à cette extrémité, au moment où nous attendons avec impatience que se dessine un avenir plus clément, je souhaiterais vous inviter toutes et tous à saisir les opportunités de faire bouger les lignes, de développer nos créativités, en bénéficiant de toute la dynamique d'une imparité bien comprise tout en respectant les composantes d'équilibre garantes du bien vivre ensemble.

C'est le vœu que je formule à quelques jours de la fin d'année, en souhaitant pour vous, vos proches et celles et ceux qui dépendent de vous une année 2013 pleine d'accomplissements, de promesses et de sérénité.


François CHARRITAT
Recherche