10 juin 2015
Aviation rime avec ambition et propositions
À quelques jours de l’ouverture du 51e Salon international de l’aéronautique et de l’espace, l’aéroport du Bourget rassemble ses énergies et mobilise ses ressources. Nul doute que, comme d’habitude, ce salon – le plus grand du monde – sera un succès, à la fois professionnel et populaire.

Ceux qui n'y seront pas, pour des raisons commerciales, opérationnelles ou géopolitiques, perdront une nouvelle occasion de mettre en lumière ce que l’aviation peut apporter de meilleur, à travers les évolutions technologiques, les changements de comportement et, surtout, les possibilités d’échanges entre les hommes qu’elle permet depuis plus d’un siècle.

Mais cette édition 2015 bénéficiera de l’ombrelle créée, sur le même site, par la Conférence mondiale sur le climat, la COP 21, qui fera converger sur Paris-Le Bourget les yeux du monde début décembre, dans la perspective majeure de tenter de donner à la planète une chance de faire face aux enjeux du changement climatique.

Dans ce domaine, l’aviation a des résultats à montrer, même si certains pensent qu’elle a davantage de comptes à rendre : les initiatives pour rendre l’activité aérienne moins gourmande en carburant (là où l’économique se conjugue à l’écologique), les mesures de restriction que la profession s’auto-applique depuis des décennies (procédures, usages des APU, équipements aéroportuaires), les initiatives Single Sky, ce panorama serait une simple compilation d’efforts dispersés si n’existait pas, chez la plupart des professionnels de ces activités, la conviction que rapprocher les hommes ne peut se faire sans respecter leurs droits.

Le Bourget, aéroport urbain par excellence, mais également Pontoise, Issy, Toussus et quelques autres portent cette responsabilité de faire partager au plus grand nombre l’idée qu’un aéroport peut vivre avec et pour son entourage et que, en matière d'environnement, aviation rime avec ambition et propositions.
 
François Charritat
Directeur de Paris-Le Bourget
Recherche